Se reconnecter à soi avec la sophrologie (2)

Les troubles du sommeil



Selon une étude de l’INSV / MGEN de 2015, 73 % des français déclarent se réveiller au moins une fois par nuit pendant 30 mn, et 16 % souffrent d'insomnie chronique. C'est dire si nous sommes affligés d'un sommeil de mauvaise qualité, avec toutes les conséquences que cela implique : somnolence pendant la journée, fatigue, manque d'attention, troubles de la mémoire et de la concentration, baisse de performance, irritabilité.

Lorsque l'insomnie est chronique sur le long terme, ses effets peuvent être bien plus dévastateurs : troubles de l'humeur, angoisse, dépression ou développement de maladies comme le diabète, l'obésité, les troubles cardiaques, voire favoriser un terrain propice au développement de cancer.

Nous dormons mal et cette mauvaise qualité du sommeil impacte toute notre vie éveillée, nos performances, nos émotions, notre psychisme, notre santé.


Quel dormeur êtes-vous ?

Il n'y a pas qu'un trouble du sommeil. Avant d'en arriver à faire des insomnies chroniques, il est possible de passer par des phases de réveil nocturnes, des difficultés à l'endormissement, des réveils précoces, des troubles du rythme circadien (cycle éveil / sommeil). Le sommeil peut être perturbé par un syndrome d'apnée du sommeil ou de jambes sans repos, par une dépression, par la prise de certains médicaments (cortisone, certains hypnotiques), par un stress, une excitation, ou encore une mauvaise habitude à l'approche de l'heure du coucher qui va nuire au sommeil (activité physique intense, prise de boisson excitante, écrans...).

Le temps de sommeil dont chacun a besoin est celui avec lequel il fonctionne bien le lendemain. C'est par conséquent, très personnel et très subjectif. Ce temps varie en fonction de l'âge : plus on vieillit, moins on a besoin de dormir. Généralement, les femmes ont besoin de plus de sommeil que les hommes, et si 20 % de le population dort naturellement plus de 8 heures par jour, 23 % dort moins de 7 heures. La durée moyenne de sommeil nécessaire au bon fonctionnement pendant la journée se situe entre 7 et 8 heures.

Alors, petit, moyen ou grand dormeur ?

Quel que soit son profil et son besoin réel de sommeil, il est important de bien le respecter. Si l'organisme peut sans difficulté, compenser un manque de sommeil ponctuel, il faut savoir qu'à la longue, ne pas respecter sont besoin réel épuise les ressources du corps et déséquilibre son fonctionnement.


Et la sieste dans tout ça ?

Taboue en France, obligatoire au Japon, culturelle dans les pays chauds, la sieste est bénéfique à l’organisme. En cas de dette de sommeil ponctuel, une sieste de 30 mn rétablit le niveau d’hormones et de protéines permettant de combattre le stress et de restaurer le bon fonctionnement du système immunitaire. Le corps appelle à la sieste en cas de manque chronique de sommeil. Elle reste cependant interdite aux insomniaques : elle nuirait à l’endormissement la nuit suivante.

Les bienfaits de la sieste sont nombreux quelle que soit sa durée, de 5 à 30 minutes. Elle accélère la mémoire, consolide l’apprentissage, libère la créativité, augmente les performances intellectuelles et la concentration, elle offre un regain d’énergie, tonus et réflexes retrouvent leur niveau d’origine, améliore la vigilance, elle peut aussi réduire, voire supprimer la consommation de médicaments anxiolytiques et somnifères, elle fait baisser la tension artérielle, préserve le système immunitaire et cardio-vasculaire, permet de réguler la respiration, harmonise le système nerveux autonome et apporte détente et apaisement.


Quelques conseils pour bien faire la sieste


- Eviter la sieste après 16h qui peut empêcher l’endormissement la nuit suivante. - Reprendre son activité rapidement au réveil afin de ne pas rester dans une somnolence qui perturberait le cycle veille / sommeil. - La sieste reste interdite aux insomniaques, elle nuirait à l’endormissement du soir et peut être avantageusement remplacée par une pratique de sophrologie


  • Dans un fauteuil ou un canapé, dans sa tenue vestimentaire de journée, et si c’est plus confortable, avec un plaid ou enveloppé dans un châle. Le cerveau ne doit pas confondre sieste et sommeil de nuit, donc pas d’obscurité, et pas dans un lit.

  • Se mettre au calme, téléphone éteint et porte fermée, mais dans l’accueil du bruit ambiant.

  • S’installer confortablement, fermer les yeux et se laisser aller dans le fauteuil.

  • Pour une sieste créative, prendre ses clés dans la main. Quand les clés tombent, elles réveillent le dormeur. Garantie d'une sieste rapide.

Et si on siestait la journée ?


La sophrologie pour retrouver un sommeil de qualité

La sophrologie est une excellente alternative pour retrouver un sommeil réparateur de façon naturelle, sans médicaments. Elle permet dans un premier temps de faire un état des lieux et de mieux cerner le trouble ainsi que les besoins de la personne. Il peut être utile de redéfinir un rituel du coucher en établissant certaines habitudes qui vont favoriser le sommeil.

Les relaxations dynamiques et autres techniques spécifiques invitent à se reconnecter à son corps, à ses sensations, à mieux se concentrer, se décontracter, utiliser sa respiration pour se détendre, lâcher prise, calmer un mental envahissant. Tout ceci pour apprendre ou réapprendre à répondre aux besoins du corps et de l'esprit, et laisser enfin le sommeil retrouver sa place dans nos nuits.

L'accompagnement sophrologique des troubles du sommeil se réalisera au rythme de la personne et les différentes techniques seront choisies et proposées en fonction de ses besoins et de ses attentes. Comme toujours en sophrologie, il n'y a pas de protocole type applicable à toute les personnes souffrant de troubles du sommeil, mais un accompagnement totalement personnalisé et adapté à chaque personne, car nous sommes tous uniques et différents. Le sophrologue sera attentif à viser l'autonomie du consultant afin qu'il s'approprie les exercices et puisse les pratiquer seul chaque fois qu'il en a besoin. Il reste ainsi acteur et moteur de son mieux-être.

Le seul gage de réussite de la méthode, c'est l'entrainement, la répétition.

La sophrologie, c'est comme le sport, plus on pratique, plus on progresse !


Alors, en route vers un meilleur sommeil ?



gif





29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Voici le témoignage d'un patient de Coline Déotte, gendarme retraité, traité en EMDR. "Victime d’un attentat en 1977, j’ai toujours des séquelles physiques importantes issues de cet acte terroriste.